Collection Q-1 - Collection des Archives du Collège Sainte-Marie

Zone du titre et de la mention de responsabilité

Titre propre

Collection des Archives du Collège Sainte-Marie

Dénomination générale des documents

  • Document textuel
  • Document iconographique
  • Document cartographique

Titre parallèle

Compléments du titre

Mentions de responsabilité du titre

Notes du titre

  • Mentions de responsabilité: Le titre de la collection est attribué aux Archives des jésuites au Canada en 2020.
  • Titres parallèles et compléments du titre: Archives anciennes de la Compagnie de jésus

Niveau de description

Collection

Cote

Q-1

Zone de l'édition

Mention d'édition

Mentions de responsabilité relatives à l'édition

Zone des précisions relatives à la catégorie de documents

Mention d'échelle (cartographique)

Mention de projection (cartographique)

Mention des coordonnées (cartographiques)

Mention d'échelle (architecturale)

Juridiction responsable et dénomination (philatélique)

Zone des dates de production

Date(s)

  • 1762-1944, prédominant 1844-1944 (Création/Production)
    Producteur
    Archives du Collège Sainte-Marie

Zone de description matérielle

Description matérielle

17.68 mètres de documents textuels

Zone de la collection

Titre propre de la collection

Titres parallèles de la collection

Compléments du titre de la collection

Mention de responsabilité relative à la collection

Numérotation à l'intérieur de la collection

Note sur la collection

Zone de la description archivistique

Nom du producteur

(1844-1968)

Histoire administrative

La Collection des Archives du Collège Sainte-Marie tire son origine du retour des jésuites au Canada en 1842. Les jésuites y étaient absent depuis le décès du dernier jésuite de la Nouvelle-France, Jean-Joseph Casot, s.j., en 1800. L’archevêque de Montréal, Ignace Bourget, a alors interpellé les jésuites afin de mettre sur pied une école à Montréal. Le premier recteur, Félix Martin, s.j. (1804-1886), était également le premier archiviste. En 1844, père Martin visite l’Hôtel-Dieu de Québec où les sœurs avaient conservé les importants manuscrits jésuites des 17e et 18e siècles qui leur avaient été légués depuis la mort de père Casot. Ces manuscrits incluaient des documents qui témoignent de la vie et des activités des martyrs canadiens, des Relations des missionnaires jésuites de la Nouvelle-France et la biographie de Kateri Tekakwitha. Ce processus de rapatriement représentaient une première étape dans la reconstruction du patrimoine jésuite et dans le développement de la collection d’archives.

Père Martin a commencé s’intéresser profondément à l’histoire de l’ancienne société jésuite en Nouvelle-France, en particulier aux martyrs canadiens. Il a utilisé la collection Casot (comme il l’a nommait) pour rédiger les biographies d’Isaac Jogues, s.j. et Jean de Brébeuf, s.j. En 1857, il a accepté du financement provenant du Gouvernement du Canada afin de trouver et retranscrire des documents historiques reliés à l’histoire du Canada (particulièrement ceux en lien avec la Compagnie de jésus). Ces documents se trouvaient dans divers centres d’archives en Europe et dans les Archives du Gésù à Rome. Ces documents ont ultimement été transférés à la Bibliothèque du Parlement (maintenant Bibliothèque et Archives Canada), sous la Collection Félix Martin. Père Martin a quitté le Canada pour la France en 1861, mais a continué ses recherches, amassant un nombre considérable de notes et de transcriptions qu’il a envoyés au Collège Sainte-Marie avant sa mort en 1886.

Pendant ce temps, Adolphe Larcher, s.j. (1815-1897), professeur de rhétorique et de latin au Collège Sainte-Marie, a pris les reines de la collection d’archives, dans une dimension limitée. Le plus gros du travail de père Larcher fût de retranscrire des manuscrits originaux se trouvant dans différents centres d’archives.

Vers la fin des années 1880, Arthur E. Jones, s.j. (1838-1918) est devenu le premier archiviste du Collège Sainte-Marie officiellement reconnu dans le catalogue de la mission. C’est sous père Jones que la collection d’archives a véritablement pris forme. Il a sécurisé le premier emplacement physique spécifiquement dédié aux archives, dans le sous-sol du Collège. Père Jones a catalogué les papiers de père Martin et tous les manuscrits originaux qui ont été en sa possession. Il a également travaillé avec père Larcher, en gardant les pères jésuites vieillissant occupés à des projets de transcription, ce qui a grandement contribué à l’expansion de la collection. Au milieu des batailles juridiques concernant la question des biens des jésuites, sa collaboration avec Reuben Gold Thwaites et sa propre recherche archéologique sur les sites des martyres Lalemant et Brébeuf dans la vieille Huronie (qui a résulté en un ouvrage publié par Jones pour le Ontario Bureau of Archives, en 1909), père Jones a développé les Archives comme un centre de recherche pour toutes les questions concernant l’histoire jésuite en Amérique du Nord. Il a également étudié des manuscrits originaux en détail, en déterminant les auteurs et en confirmant leurs dates d’arrivée et autres détails afin de créer une liste des travaux des jésuites reliés à la Nouvelle-France pendant l’ancien régime. La création de cette liste a eu un impact significatif sur le développement de la collection d’archives de plusieurs façons. Premièrement, père Jones a organisé la collection selon la chronologie de la présence des jésuites en Nouvelle-France. Dans un second temps, il a écrit les dates des arrivées, des départs et des décès des jésuites sur les pages frontispices des documents. Finalement, il a inscrit des notes détaillés sur les documents dans un processus aligné à la finalisation de la liste des travaux jésuites. La nature du transfert de connaissances au 19e siècle était intrinsèquement associé à la matérialité; l’information était uniquement accessible à travers les objets matériels. Par conséquent, alors que père Jones cherchait à obtenir des informations, la collection d’archives s’agrandissait constamment grâce à de nouvelles transcriptions, apographies, reproductions photos et manuscrits.

En 1918, Arthur Melançon, s.j. (1863-1941), a succédé à Jones dans le poste d’archiviste. Il a alors réorganisé le catalogue conçu par père Jones, dans une liste numérique, tout en gardant l’ordre chronologique. Par conséquent, les notes des pères Martin, Larcher et Jones furent intégrés à tout jamais dans le catalogue créé par Melançon. Ce processus fût l’étape finale de l’organisation de la Collection, culminant alors le travail effectué par les archivistes du Collège Sainte-Marie, qui est ainsi constituée d’un mélange éclectique de manuscrits originaux, de transcriptions et de notes de recherche des archivistes. Melançon a également continué la liste du père Jones et a publié sa propre version en 1929.

Paul Desjardins, s.j. (1895-1975) a remplacé père Melançon comme archiviste de la collection en 1941. Il a continué le travail de père Melançon sur la liste numérique. Père Desjardins a porté un intérêt particulier sur l’histoire du Collège Sainte-Marie. Comme les pères Martin et Jones ont développé la collection à travers leurs propres recherches, père Desjardins a développé la collection en parallèle à ses travaux de recherche sur l’histoire du Collège Sainte-Marie, qu’il a publié en deux volumes; le premier en 1940 et le second en 1945.

Du père Martin jusqu’au père Desjardins, les Archives du Collège Sainte-Marie ont été caractérisés par un développement constant qui étaient constituées de manuscrits originaux, de notes des archivistes, de la recherche diverse dans les différents sujets de la collection et de correspondance qui peuvent être décrites d’une manière exhaustive comme étant reliées à l’histoire des jésuites de la Nouvelle-France et du travail des archivistes en charge au Collège Sainte-Marie.

Historique de la conservation

La Collection des Archives du Collège Sainte-Marie a été mise sur pied et développée au Collège Sainte-Marie dès 1848. En 1968, lors de la fermeture du collège, la collection a été transférée à Saint-Jérôme. Dès lors, la collection perdu de son identité de collection de recherche dynamique et ouverte où des accroissements à la collection étaient courantes. Avec le transfert de la collection de St-Jérôme à la Maison Bellarmin en 2009, la Collection des Archives du Collège Sainte-Marie a été officiellement fermé à toutes formes d’additions.

Portée et contenu

La collection comprend des documents associés aux activités des jésuites du Canada en Nouvelle-France. La grande majorité de ces documents sont des transcriptions effectués par Félix Martin, s.j. et les archivistes qui l’ont suivi au Collège Sainte-Marie. Les documents formant la collection témoignent de leur utilisation et création en tant que documents de recherche. Par conséquent, en plus d’offrir de l’information sur les jésuites en Nouvelle-France, la collection est caractérisé par le processus de développement de connaissances sur les jésuites en Nouvelle-France effectué à partir de 1840. Ces transcriptions comprennent de la correspondance de Charles Garnier, s.j. (1605-1649), Paul Raguenau, s.j. (1608-1680), Paul Le Jeune, s.j. (1613-1664), Barthélémy Vimont, s.j. (1594-1667) et autres jésuites présents au Canada au 17e siècle. La collection inclue également des notes biographiques sur les martyres canadiens, sur les missions jésuites en Huronie, y compris des cartes et notes géographiques. La collection comprend aussi des ménologes d’Isaac Jogues, s.j. (1607-1646) Charles Lallement, s.j. (1587-1674), Noël Chabanel, s.j. (1613-1649), Jacques Bonin, s.j. (1617-1659) et Florent Bonnemer, s.j. (1600-1683). De plus, la collection inclue des copies de Relations, de 1634 à 1668.

En plus des notes de recherche et des manuscrits concernant les jésuites de la Nouvelle-France transcrits par les pères jésuites, la collection contient de la correspondance de Félix Martin, s.j. ainsi que ses recherches, et documents compilés, sur Kateri Tekakwitha. Ces documents de père Martin datent de 1848 jusqu’à 1880.

Zone des notes

État de conservation

Source immédiate d'acquisition

Classement

La collection a été préalablement identifiée Q-0001

Langue des documents

  • anglais
  • français

Écriture des documents

    Localisation des originaux

    Disponibilité d'autres formats

    Certains documents ont été numérisés.

    Restrictions d'accès

    Délais d'utilisation, de reproduction et de publication

    Instruments de recherche

    Éléments associés

    Éléments associés

    Accroissements

    Édition

    La collection était une collection d’étude qui était constamment annotée par les archivistes, qui écrivaient directement sur les documents. La transcription de documents qui concernent la présence de jésuites au Canada était une pratique qui a été instaurée par Félix Martin, s.j. afin de documenter la présence et les activités des jésuites sur les territoires. Ces retranscriptions sont à la base du développement de la collection.

    Identifiant(s) alternatif(s)

    Numéro normalisé

    Numéro normalisé

    Mots-clés

    Mots-clés - Lieux

    Mots-clés - Noms

    Mots-clés - Genre

    Zone du contrôle

    Identifiant de la description du document

    Riley Wallace, Archiviste de projet, et François Dansereau, Directeur

    Identifiant du service d'archives

    Règles ou conventions

    Niveau de détail

    Élémentaire

    Dates de production, de révision et de suppression

    Automne 2020 et Automne 2022

    Langue de la description

      Langage d'écriture de la description

        Sources

        Zone des entrées